L’unité des chrétiens !

La lecture du passage de la première épître aux Corinthiens de saint Paul est particulièrement significative pendant cette semaine où il est demandé par toutes les branches du christianisme de prier pour l’unité. En effet, déjà du temps de saint Paul, des discordes se font sentir dans l’Eglise naissante ; chaque communauté se revendique d’un prédicateur, en l’occurrence Pierre, Paul ou Apollos.

Depuis cette époque de fondations, chaque église locale a développé ses propres spécificités et y tient mordicus transformant tout échange en un dialogue de sourds ce qui entraîne des schismes voire des hérésies dans la doctrine de la foi. Le meilleur exemple en a été la querelle stérile du ‘Filioque’ qui a séparé pendant neuf siècles les églises de langue grecque des églises de langue latine qui se sont excommuniées mutuellement alors qu’elles n’ont aucune différence de foi.

L’Assemblée de Jérusalem (cf. Actes des Apôtres 15) met à jour des différences entre ceux qui désirent que les convertis suivent strictement la Loi de Moïse et ceux qui estiment que le Baptême chrétien n’exige rien d’autre que la foi en Jésus-Christ Sauveur. De même les vingt et un Conciles œcuméniques ont été suivis de séparations de fraction de l’Eglise plus ou moins importantes.

Ces différentes dissensions historiques ne doivent pas nous faire oublier que l’unité commence par chacun de nous. Seul le Fils unique du Père détient la Vérité, chaque chrétien l’a reçu en totalité par son Baptême mais n’en maîtrise qu’une partie plus ou moins grande suivant ses capacités et les dons que le Seigneur a mis en lui. Cette semaine consacrée à la prière pour l’unité des chrétiens appelle chaque disciple de Jésus-Christ à une grande humilité en constatant que les frères – dits séparés – sont avant tout des frères dans la foi.

La désunion dans l’Eglise du Christ aune conséquence directe dans l’annonce de la Bonne Nouvelle du Salut : comment convertir des hommes et des femmes en critiquant d’autres chrétiens voire sa propre église ? N’est-ce pas le reproche que nous entendons constamment sur l’inadéquation entre la pratique cultuelle et la pratique humaine et sociale ?

Ce temps de prière pour l’unité des chrétiens est avant tout pour une personne se revendiquant du Christ un appel à la conversion : l’Eglise est UNE comme tous les chrétiens la proclament dans le ‘Credo’ mais chacun d’entre nous a sa propre conception de ‘son’ église et confond l’Eglise UN(i)E avec l’Eglise UN(iqu)E. Dans d’autres lettres saint Paul compare l’Eglise à un corps composé de différents membres ayant des fonctions qui leur sont propres (cf. Romains 12 ; 1 Corinthiens 12…) L’unité commence par le respect et l’écoute des autres chrétiens : ils ont aussi leur part dans l’annonce de l’Evangile. Jésus ne dit-il pas à ses Apôtres : « Qui n'est pas contre nous est pour nous. » (Marc 9,40)

 

Joomla templates by a4joomla